Livre Aimer enfin sa mère

5.0/10
Boite de  Aimer enfin sa mère
  • 330 pages

Pourquoi aimer enfinsa mère ? Parce que les sentiments qui nous lient à elle, deuis notre venue au monde, ne sont jamais constants. L'amour fille-mère est un amour de tempête, de passion, fou et déchirant. Calme parfois, agité souvent, et auquel il arrive de prendre, pour un temps, l'apparence de la haine. Isabelle Yhuel a réuni ici dix-huit témoignages de femmes ponctués d'une série d'entretiens avec un psychanalyste. Elles ont dix-huit ou quatre-vingt-deux ans, elles sont étudiantes, secrétaires, profs ou mères au foyer, et se souviennent. Toutes montrent comment leur existence, leur relation avec les hommes sont conditionnées par cette filiation première. Toutes montrent la nécessité, pour réussir sa vie d'adulte, de se défaire d'un lien trop passionnel avec sa mère. Certaines y sont parvenues. C'est la force de ce livre, où chacune des existences déroulées pourrait être un peu la nôtre, que de nous donner quelques repères précieux pour pénétrer su

0
0
0
0

Du même auteur Continuer sur votre lancée

  • Le citronnier a pris, quand mettre fin à une psychanalyse ?
  • La traversée vénitienne
  • Quand les femmes rompent
  • Accepter le temps qui passe (pour s'en faire un allié)
  • Le bon sens amoureux
  • Les femmes et leur plaisir

Les critiques & échangesDiscussions et débats sur ce livre

Par atlza Le 11/09/2017

Légère déception pour ce manga célèbre, cela manque de rythme et traine en longueur.
Autre soucis, on ne peut s'empêcher durant tout le film d'avoir l'impression de regarder à nouveau Lucy de Luc Besson. Si les différences existent entre les 2 longs métrages, le style et l'univers sont notamment différents, mais le personnage principal et l'actrice principale (Scarlett Johansson) sont trop similaires, le jeu de l'actrice emplifiant cette impression.

Par Glenn Le 11/09/2017

Reste cependant de belles trouvailles qui rendent parfaitement hommage à l'original. Une ode au cyberpunk. Et. Oublions pas que l'œuvre originale est d'une lenteur sans nom.

Par atlza Le 11/09/2017

Il me semblait bien effectivement me rappeler de cela (mais je n'en aurais pas mis ma main à couper...) Mais tout de même pour moi c'est trop contemplatif, et certaines scènes semblent n'être insérées que pour accentuer cet effet. Je concois que d'autres plus puristes que moi peut-être sauront apprécier.

Auteurs :