Affiche Apologie de la punition

Comme si l'histoire avait pris le parti de la douceur contre la violence, la punition est méprisée, honnie, chassée de la famille et de l'école. Elle subsiste marginalement dans le sport (les pénalités) et dans la diplomatie, quand il s'agit de punir les états voyous. Aujourd'hui considérée comme antidémocratique, la punition ne s'adresse en fait qu'à ceux qui se rendent coupables de comportements jugés non démocratiques (le professeur qui gifle son élève, le père qui donne une fessée à son fils et se retrouve condamné à 500 euros d'amende à Limoges). En même temps, sous couvert d'humanité, on laisse croupir une foule de détenus dans des prisons (avec un taux de récidive à 60% et un suicide tous les trois jours), sans leur proposer de vraie possibilité de se racheter aux yeux de la société par le biais d'une punition. La punition est aujourd'hui cachée, taboue, elle n'est absolument plus pensée comme la meilleure façon d'empêc

Ecrit par : Emmanuel Jaffelin

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Apologie de la punition" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes