Affiche Derrière les lunettes

La carrière de Michel Polnareff commence sur les chapeaux de roue par deux succès enregistrés dans la seule année 1966 : La poupée qui fait non et Love Me Please Love Me. Huit ans plus tard, en 1974, après de nombreux triomphes dans les plus grandes salles de France, un scandale dont Gainsbourg en personne s’avoua jaloux (6000 affiches de concert dévoilant les fesses du chanteur placardées dans tout le pays) et d’importants succès discographiques, floué par son comptable, complètement ruiné, Michel Polnareff s’exile aux Etats-Unis. Naît alors un mythe qui tient à la fois de Dorian Gray et du Fantôme de l’Opéra. Immensément populaire en France, Michel Polnareff est à la fois présent et absent. Non seulement ses retours ne sont jamais définitifs mais, alors même qu’il est bel et bien à Paris, il est capable de rester 900 jours sans sortir de son hôtel – autre façon d’être là sans y être. Par ailleurs, depuis 1989, aucune nouvelle composition n’est venue enrichir son répertoire, dont le s

Ecrit par : Christian Eudeline

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Derrière les lunettes" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes