Affiche Des jeux et des hommes dans la société médiévale

Pour La Bruyère, le jeu trouverait son origine dans l’incapacité de l’homme à rester seul. De fait le statut du jeu est paradoxal. D’une part, jouer c’est se situer en dehors des règles et contraintes qui encadrent la vie quotidienne. Mais, d’autre part, tous les jeux se conjuguent avec le «Vivre ensemble ». Les jeux disent la société en même temps que la société dit les hommes. C’est dire que tout jeu fait partie d’un complexe plus étendu et n’existe jamais comme fait isolé. Le Moyen Âge a beaucoup joué, même si les témoignages restent souvent discrets et peu abondants. De fait, c’est une véritable invasion ludique qui semble caractériser cette période. Á travers cet ensemble de vingt-six articles ce sont toutes les grandes catégories de jeux médiévaux qui sont successivement parcourus. Ce sont les échecs, le « roi des jeux et jeu des rois », avec une attention toute particulière apportée au Livre du jeu d’échecs du dominicain Jacques de Cessoles. Ce sont les jeux de hasard avec le je

Ecrit par : Jean-Michel Mehl

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Des jeux et des hommes dans la société médiévale" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes