Affiche Eclats de mai

Après des décennies, au coeur de la foule, Georges et Sarah se retrouvent. Eux qui, avec Pontus, Joseph et Nobodie, formaient un petit groupe d’étudiants parisiens, inscrits en écopo, soumis, comme tous les groupes, à ses forces et tensions souterraines. Insouciante, cette période de leur vie ? Non, car ils étaient de cette génération qui vécut le printemps 68, qui adhéra, plus ou moins convaincue, aux idéaux de toute une époque, pressentant qu’ils évoluaient sur le rasoir, que la tension n’irait qu’en s’accroissant... Jusqu’au point de rupture... Et si celle-ci ne s’était pas produite là où on le pense ? Refusant ce romantisme lié à la jeunesse qui se soulève, loin de l’exaltation ou des stéréotypes attachés au contexte, c’est une vision toute nuancée et réaliste qui travaille ces « Eclats de mai ». Mettant en place une galerie de portraits en contrepoint, qui s’attirent et se cherchent, s’apprivoisent ou s’éloignent les uns des autres, Françoise Decoster-Ville crée un récit contrasté

Ecrit par : Françoise Decoster

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Eclats de mai" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes