Affiche L'esclave amoureuse

Publié en 1905, ce roman très sombre, largement teinté d’érotisme brutal et de violence, nous entraîne à la Nouvelle-Orléans, et au cœur des plantations où se meuvent maîtres et esclaves. Le tout dans une dialectique colonialiste et raciste, qui peut choquer, mais qu’il faut replacer dans le contexte de cette fin du 19e siècle et ce début du 20e. Un tableau sans concessions d’une certaine société, dans laquelle la femme est réduite à un statut d’objet sexuel, et où l’alcool est le pansement par excellence qui semble occulter tous les maux. « ... Par ses tableaux de la nature exotique, son goût policier de l'intrigue, son penchant métaphysique, son don de visionnaire scientifique, mon ami Le Rouge a fait la somme du roman du XIXe siècle, de Bernardin de Saint-Pierre à Wells, en passant par Poe, Gustave Aymard, Balzac, le Balzac de Séraphita, le Villiers de L'Isle-Adam de l'Ève future, l'école naturaliste russe et le théâtre d'épouvante... » Ainsi Blaise Cendrars

Ecrit par : Gustave Le Rouge

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "L'esclave amoureuse" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes