Affiche LA CITÉ HEUREUSE - L'Utopie italienne de la Renaissance à l'Age baroque

Thomas More invente l'Utopie en 1516 et ouvre la porte à l'imaginaire social, à la critique politique, aux projets d'urbanisme. A sa suite les penseurs italiens du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle vont explorer ces " pays de nulle part " et dessiner les contours de la " cité heureuse ". L'humanisme leur a déjà rendu familiers les modèles politiques de Platon et d'Aristote, ainsi que les principes architecturaux de Vitruve, mais avec les récits de voyage qui révèlent de nouveaux mondes, imagination rationnelle et critique du réel peuvent se donner, chez eux, libre cours. Il y a Campanella, bien sûr, et sa Cité du Soleil, qui fait ici l'objet d'une nouvelle traduction, mais qui connaît Doni, Patrizi, Agostini, Zuccolo ? Leurs écrits " utopistes " sont présentés pour la première fois en français, accompagnés d'extraits d'Alberti, Filarète, Léonard de Vinci, Amerigo Vespucci, Machiavel, Cardan, Le Tasse, qui

Ecrit par : Adelin Charles Fiorato

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "LA CITÉ HEUREUSE - L'Utopie italienne de la Renaissance à l'Age baroque" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes