Affiche La Grange et le Marronnier

Prise dans une spirale, dans un espace sur lequel la réminiscence et le rêve semblent imposer secrètement leur règle, l’écriture de La Grange et le Marronnier met en scène une double quête, l’une des origines, l’autre de la postérité. Celle d’un ancien soldat, Tiss, apprenant trop tard l’existence d’un fils ; lui qui, avant de partir au front, connut l’amour dans les bras des soeurs Hamler, laissant en chacune d’elle les graines du futur... Celle de Ki, enfant au cheminement si difficile, à l’enfance si contrariée et chavirée par les aléas familiaux, s’interrogeant sur l’identité de son véritable père... Deux êtres quasiment placés en miroir, au sein d’une oeuvre labyrinthique, qui questionne, dans une ambiance proche du conte, la filiation et le temps. Les Bas d’en Haut furent le théâtre des amours de jeunesse de Tiss. Au-delà, ce toponyme, lourd d’un paradoxe, fonctionne comme l’emblème d’un texte où le temps semble être emporté par des mouvements contraires, avançant, reculant, tour

Ecrit par : Jacques-Louis Barbier

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "La Grange et le Marronnier" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes