Affiche La revanche des villes

On a longtemps pensé que l’ère des villes était close : la post-modernité les aurait entraînées dans la déroute de l’industrialisation, de l’urbanisme planifié, de la centralité administrative, au profit d’une prolifération urbaine qui déborde de toutes parts, de la multiplication des réseaux, de l’effacement des territoires devant les flux. Or ce livre montre l’inverse : non seulement les villes persistent, mais elles renforcent leur identité et leur emprise. Qu’elles mettent en avant leur patrimoine ou qu’elles renouvellent la fonction capitale, les villes imposent plus que jamais les formes de la nouvelle civilisation urbaine : il y avait 800 millions d’urbains en 1950, 5 milliards sont prévus en 2030. Mais la ville, c’est aussi la mondialisation en acte : le développement de l’emploi, l’équilibre social résidentiel, la sécurité des habitants, la gestion des mobilités, la sauvegarde de l’environnement s’affirment comme des objectifs communs à toutes les grandes villes contemporaines

Ecrit par : Guy Burgel

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "La revanche des villes" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes