Affiche Le bestiaire domestique

On dit que le genre du bestiaire au Moyen-âge était d’attester de la présence divine à travers les animaux. Maintes fois utilisée par de nombreux auteurs et à toutes époques, cette caractéristique angélique a fini par tomber en désuétude. Darwin est passé par là et c’est tant mieux pour la vérité scientifique : l’homme a classifié l’évolution ; il s’est ainsi couronné au sommet du règne animal. Lorsque j’ai lu il y a longtemps sur une plage de Corse les Bestiaires de Maurice Genevoix, j’ai découvert un monde moins doctoral et plus harmonieux : j’avais l’exacte impression de partager l’existence de chaque poisson, mammifère ou insecte. A cette époque, je n’écrivais pas encore mais j’ai été conscient du choc de cette lecture. C’était exactement cette écriture que je voulais produire, quelque chose de précis qui vienne me capturer, me ravir comme un lecteur-oiseau enfermé un bref instant dans une cage. Et puis m’envoler : juste sentir le goût de la vie farouche et de la liberté retrouvée.

Ecrit par : Thierry Beinstingel

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Le bestiaire domestique" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes