Affiche Les dimanches de verre

" Doit moins voir son fils ! ", avait prescrit le docteur. Et voilà comment, à onze ans, Benjamin s'est retrouvé interne à la pension Jeanson de Charenton-le-Pont... pour soulager les nerfs de son père. C'est un pensionnat comme il en existe encore dans les années soixante : blouses grises, rangs serrés, coups de règle sur les doigts et lignes à copier. Benjamin y apprend vite la loi du plus fort. Il sait se faire tout petit devant un grand, crier avec les autres : " Du sang ! Du sang ! " à la moindre bagarre dans la cour ou céder son petit-déjeuner à Chevrier, son chef de table. Mais chaque jour, son ventre devient dur comme une boule de pétanque. Tout ça, il le garde pour lui. Jamais il n'inquiéterait sa mère, qu'il adore, avec tous ses ennuis. Et puis, il n'est pas le plus à plaindre. Un nouveau vient d'arriver. Il s'appelle Pierre Favier, si couillon qu'on le surnomme " Hors-Sujet ". Il a le chic pour s'atti

Ecrit par : Alain Sasson

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Les dimanches de verre" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes