Affiche Les vignes de Berlin

« Devenu un enfant coureur de prés et de bois, c'est à Congy, dans le village de mes grands-parents maternels, que je découvre les chiffres secrets de nos destinées. J'interroge les silences et les rares confidences des hommes de ma famille. Mon grand-père, vigneron, ancien combattant de 1914, injustement arrêté comme collaborateur en 1944. Mon père, instituteur idéaliste, a peine débourbé de sa forêt, prisonnier dans un stalag pendant plus de trois ans, résistant. Ils me cèdent presque malgré eux quelques bribes sorties de la nuit des humbles. Les guerres ont laissé trop de cicatrices sur leurs cœurs fermés ou trop transparents. Le silence et la résignation sont leur pain quotidien. Ce sont des gens sans aïeux et sans papiers de famille. Je comprends leur laconisme, et je ne peux m'empêcher de penser que leur pauvreté appartient de plein droit à la poésie du monde. Mais il n'y a pas que le monde d'hier qui fasse tourner mon âme de derviche champenois. J'a

Ecrit par : Daniel Rondeau

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Les vignes de Berlin" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes