Affiche Matière à politique

Soit cette déclaration d'un criminel célèbre : " Mon style, c'est l'Opinel, et j'étrangle les mains nues ". Il entendait ainsi se disculper d'un nouvel assassinat dont on l'accusait. On ne saurait mieux dire que la marque d'un individu tient à sa technique : technique du corps, technique de l'outil. C'est par leur truchement que le sujet se constitue. Ici en tueur, mais aussi bien en consommateur, en producteur, en artiste ou en agent de pouvoir. La constitution du sujet moral, économique et politique met en jeu la culture matérielle d'une société historique donnée, et donc les gestes et les mouvements que son usage suppose. Le pouvoir, la production, la consommation sont une affaire de praxéologie motrice. Ils tiennent aux choses et aux corps qui s'en saisissent. Danser, boire, jeûner, jouir, prier, creuser, vendre, fondre, laquer, dominer, résister : tout ceci est en effet matière à style, et plus précisément à style de

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Matière à politique" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes