Affiche Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie

Sur la tombe d'Antoine de Tounens, en Dordogne, on peut lire : Ci gît Orélie-Antoine 1er, roi de Patagonie, décédé le 18 septembre 1878. Une bien étrange épopée, aux bornes du monde austral, entre rêve et réalité A ce modeste avoué périgourdin, il fallut une sacrée dose de courage chimérique et d'inconscience pour aller se faire proclamer roi, le 18 novembre 1860, par les tribus de cavaliers qui menaient contre l'Argentine et le Chili les derniers combats de la liberté. Quelques semaines, il régna, galopant à leur tête en uniforme chamarré, sous les plis de son drapeau bleu, blanc, vert. Et puis, la chance l'abandonna. Trahi, jeté en prison, jugé, il parvint à regagner la France où un autre destin l'attendait, celui d'un roi de dérision en butte à tous les sarcasmes, mais jamais il ne céda. Roi il resta, solitaire et abandonné. Il mourut dans la misère, à Tourtoirac, où il était né. Les indiens ont disparu, mais ses sujets se comptent aujourd'hui par milliers, en France et à travers le monde, car son royaume est éternel. Histoire passionnante élevée au rang des grandes aventures de l'esprit, Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie a valu à son auteur, Jean Raspail, le Grand Prix du roman de l'Académie française en 1981.

Ecrit par : Jean Raspail

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes