Affiche Par ailleurs, exils

« Répondant à une enquête sur le nationalisme et la littérature, André Gide fit valoir que la France dans laquelle il vivait devait beaucoup à “un confluent de races” : il était à considérer que les plus grands artistes sont le plus souvent des “produits d’hybridations et le résultat de déracinements, de transplantations”. La valeur d’un homme, d’après Gide, se mesure au degré de dépaysement, physique ou intellectuel, qu’il est capable de maîtriser... » Sur le thème de la place de l’étranger et de l’exil sous toutes ses formes, cet essai revient sur certaines figures de la littérature mondiale : Gombrowicz exilé en Argentine, Cioran et Benjamin Fondane changeant de pays et de langue, mais aussi Marina Tsvetaeva ou Alejandra Pizarnik, en rupture totale avec ce qui les entourait, et bien d’autres écrivains qui ont vécu en faisant sécession, qu’ils aient quitté leur pays ou n’aient pas bougé de chez eux.

Ecrit par : Linda Lê

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Par ailleurs, exils" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes