Affiche Philosopher par le feu

Entre la sagesse philosophique grecque trouvant son équilibre dans l'abstraction intellectuelle et la sublime "folie" de la Croix chrétienne, l'Art d'Hermès (plus couramment nommé alchimie) entretint, de l'Antiquité tardive au siècle des Lumières, l'espérance d'une possible sagesse de la Terre. Car, si le Grand Oeuvre fut toujours considéré par les véritables adeptes comme un "Don de Dieu", c'est pourtant à l'homme qu'appartenait à leurs yeux, le parachèvement rédempteur de la matière : "notre juge infaillible", dira plus tard Simone Weil. Philosophes par le Feu, et non par les seuls mots, les alchimistes ne scrutèrent si attentivement la Nature que pour en accomplir le dessein secret : que l'Or, spirituel plus encore que matériel, devienne l'emblème d'un rayonnement universel trouvant à s'incarner dans leur Pierre (dite "philosophale") où s'équilibrent enfin les vertus du Ciel

Ecrit par : Françoise Bonardel

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Philosopher par le feu" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes