Affiche Réformisme et esclavage à Cuba

Penser les idées qui condamnent la traite négrière en termes de pure philanthropie restreint considérablement l'analyse que l'on peut tirer de l'avènement de celles-ci. Mésestimer l'influence d'un réseau de facteurs politiques (qu'ils soient nationaux ou internationaux), économiques, sociaux, moraux, pour comprendre le progressisme apparent et les non-dits sur lequel il repose, mais aussi les freins et replis auquel il a dû faire face, consisterait à oblitérer, naïvement et dangereusement, des pans d'analyse indispensables à la pleine compréhension de ces mouvements, de leur essor à leur impossibilité. Un confinement auquel se soustrait la présente thèse de Karim Ghorbal, portant sur le réformisme défendu par certains acteurs créoles cubains au cours de la décennie 1835-1845. Replaçant les principaux protagonistes dans un contexte mondial marqué par l'essor de la Révolution Industrielle et les dernières palpitations de l'empire colonial espa

Ecrit par : Karim Ghorbal

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Réformisme et esclavage à Cuba" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes