Affiche Résilience, vieillissement et maladie d'Alzheimer

La résilience d'une personne âgée est donc plus historique et verbale que celle d'un jeune qui est plus sensorielle et biologique. Les facteurs de résilience n'ont pas la même forme. Et quand la maladie d'Alzheimer déchire le sujet, insidieusement, le contexte garde un effet de résilience. Le malade parait moins touché quand l'aidant est empathique : son affectivité est sécurisée et sa gestualité permet une communication efficace longtemps après que la parole ait disparu. L'interaction de l'aidant dépend de sa personnalité, de sa relation avec le malade et de la signification que prend pour lui la maladie. Son histoire personnelle et les mots de sa culture organisent la manière dont il interagit avec le malade. Quand le contexte humain souffle sur les braises de résilience du malade pour entretenir la flamme, on peut parler de moments de résilience puisque la clinique confirme que tout n'est pas éteint dans le psychisme de l'âgé. Les mimique

Ecrit par : Antoine Lejeune - Claire Maury-Rouan

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Résilience, vieillissement et maladie d'Alzheimer" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes