Affiche Tristesse, acédie et médecine des âmes dans la tradition monastique et cartusienne

Vice, maladie de l'âme et du corps, de nature mélancolique, simple défaillance humaine, état de crise ou usure lancinante, l'acédie est un concept et une réalité de la vie monastique polysémique isotopant et axiologique, tant il génère de sens, induit un vocabulaire touffu et se comprend comme un malheur de tout l'être minant la paix du cloître et de la cellule. Insaisissable, l'akèdia définie pour la première fois par Evagre le Pontique (IVe siècle) comme " le démon de la méridiène ", " le démon de midi " de l'anachorète, échappe à la glose de la plupart des dictionnaires et des commentateurs qui l'ignorent bien souvent sous cette forme lexicale pour lui préférer les termes plus appropriés de " manque d'ardeur, dégoût, ennui, tiédeur, torpeur, paresse, mélancolie " ou lui associer des co-occurrents qui viennent en revitaliser le sens, tel Cassien (IVe-Ve siècle) qui fait de l'acédie le sixième vice de son octonaire,

Ecrit par : Nathalie Nabert

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Tristesse, acédie et médecine des âmes dans la tradition monastique et cartusienne" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes