Affiche Tu ne laisseras point pleurer

À la question : « Où puiser l’espoir d’un monde plus humain ? », Haïm Cohen répond : « En ne laissant pas pleurer nos bébés. » Sa pratique et son observation des tout-petits l’ont conduit à élaborer une théorie fondée sur la signification de ces pleurs. Lorsqu’ils ne correspondent pas à un besoin physiologique (faim, froid ou chaud, inconfort), ils sont, aux yeux du pédiatre, un appel fondamental lancé à l’adulte. Un appel existentiel qui réclame la consolation et l’empathie. C’est pourquoi les pleurs des bébés sont universels. Ils sollicitent de la mère, du parent, de l’adulte, un apprentissage de l’altruisme. Cette utopie se fonde sur l’idée qu’en offrant au bébé une nourriture affective constante, en répondant à ses pleurs de solitude et d’angoisse, on favorisera la formation de sa conscience morale, et l’on contribuera à améliorer son futur rapport à autrui. Devenu adulte, cet enfant consolé, rassuré, sera capable à son tour de refuser la violence et de préférer à la cruauté le ges

Ecrit par : Haïm Cohen

Ajoutez votre critique

Vous devez vous connecter pour pouvoir laisser une critique.

Se connecter

Faut-il lire "Tu ne laisseras point pleurer" ? La réponse à cette question grâce aux membres Kifim, leurs notes et critiques. Retrouvez également toutes les infos sur ce livre : année de parution, auteurs, couverture, résumé etc.

Recommander ce livre
Partager
Gérez vos listes