Livre Un mari idéal

5.0/10
Boite de  Un mari idéal
  • 159 pages

Sir Robert Chiltern a vendu un secret d'Etat. L'argent ainsi gagné lui a permis de se lancer dans le monde avec succès et de devenir un homme politique de tout premier plan. Mais personne ne sait d'où il tient sa fortune, à l'exception d'une aventurière qui le fait chanter. En dépeignant ironiquement le mari idéal sous les traits d'un homme politique riche et ambitieux, Wilde souligne la relation entre une institution à ses yeux contestable - le mariage - et les intérêts d'argent et de pouvoir. Mais plus profondément, cette comédie de société joue sur l'écart entre l'irréprochable apparence d'un homme et la réalité que dissimule son masque. Wilde dénonce ainsi les hypocrisies, mais le souci de séduire son public par le mot d'esprit et le paradoxe prime tout, et c'est la grâce de ce langage brillant qui assura le succès de la pièce en 1895.

0
0
0
0

Du même auteur Continuer sur votre lancée

  • Le prince et l'hirondelle
  • Nouvelles fantastiques
  • Le fantôme de Canterville
  • Le géant égoïste
  • Le prince heureux
  • Le Fantôme de Canterville

Les critiques & échangesDiscussions et débats sur ce livre

Par atlza Le 14/12/2016

Une idée et des personnages intéressants, une BO excellente... et puis... plus rien.
Les personnages sont trop nombreux, du coup plusieurs ne servent à rien, le scénario linéaire et bien pensant aurait mérité d'être à la hauteur des soit disant "vilains" devenus trop gentils. Les méchants tombent hélas dans la surenchère actuelle des films de super héros et perdent toute crédibilité, commençant par détruire des villes à mains nues avant de juste donner des coups de pied aux gentils...
Ces films ou les méchants ont tous les pouvoirs possibles, permettant de faire n'importe quoi au scénaristes durant le film mais finalement ne s'en servent jamais quand ils en arrivent vraiment à affronter les gentils.
Franchement, j'aimerai bien revoir cela mais ou on oublie l'aspect tout public, pour des gentils méchants, vraiment Badass, moins nombreux et avec des adversaires un peu plus efficaces...

Auteurs :